Vietnam : trois membres d’une église de maison libérés de prison

Cet post a été publié sur this site

Au Vietnam, après une semaine de détention, trois membres d’une église de maison ont été libérés. Leur église de maison fait partie des nombreuses communautés chrétiennes non reconnues par le Parti communiste vietnamien. Ses membres sont régulièrement victimes de harcèlement et de discrimination.

Le 11 mars, la police vietnamienne a libéré trois membres d’une église protestante indépendante située dans le district de Cu Kuin, dans la province de Dak Lak.

Y Qui Bdap, âgé de 42 ans, ainsi que son fils Y Nam Bkrong et son neveu Y Kic Bkrong, tous deux âgés de 26 ans, ont été arrêtés il y a une semaine, rapporte l’organisation non gouvernementale Vietnam Human Rights Network (VHRN). Tous trois travaillent depuis de nombreuses années pour un fabricant de meubles local et vivent dans un logement en location à proximité de l’entreprise. Selon les informations fournies par le pasteur Y Khen Bdap, qui est également un membre de leur famille, la police s’est rendue à leur domicile le soir du 3 mars. Ils ont effectué une vérification des papiers d’identité et ont fouillé les lieux.

Le lendemain, alors qu’ils étaient au travail, la police s’est rendue sur leur lieu de travail et les a emmenés. 

Le pasteur Y Khen Bdap, qui avait été condamné à quatre ans de prison il y a dix ans pour ses activités religieuses, a déclaré auprès de Radio Free Asia que “la police les a arrêtés et détenus sans aucune explication ni mandat”. Il a déploré que le harcèlement des chrétiens persiste dans leur région.

En effet, leur église de maison fait partie des nombreuses églises et confessions non reconnues par le Parti communiste vietnamien. Ses membres sont régulièrement victimes de harcèlement et de discrimination de la part des autorités locales et étatiques.

Le Vietnam occupe la 35e place dans l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens 2024 de l’ONG Portes Ouvertes. Les chrétiens, qui représentent 10% de la population, sont souvent considérés comme “antipatriotiques” et sont soumis à une surveillance et à des discriminations. Selon l’organisation “le pouvoir est exercé par le Parti communiste, qui perçoit les chrétiens comme une menace pour l’ordre établi”. En conséquence, ces individus font l’objet d’une surveillance étroite, de censures et de discriminations.

Salma El Monser

Crédit image : Shutterstock/ GR.Stocks

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *