L’avocat franco-espagnol Juan Branco écroué et inculpé à Dakar

Cet post a été publié sur this site

image

Me Branco a refusé de boire et de s’alimenter, et a décidé de garder le silence et de n’autoriser personne à l’assister, y compris devant le juge qui l’a inculpé et l’a fait écrouer, a dit dans un message transmis à l’AFP Me Ciré Clédor Ly, qui l’attendait avec un autre avocat à son arrivée dans la capitale après son transfert de Mauritanie. Le juge l’a inculpé pour attentat, complot, diffusion de fausses nouvelles et actes et manoeuvres de nature à compromettre la sécurité publique ou à occasionner des troubles politiques graves, ont dit Me Ciré Clédor Ly ainsi que les avocats parisiens de Me Branco. Les actes d’attentat sont passibles de peines pouvant aller jusqu’à la réclusion à perpétuité, a ajouté Me Ciré Clédor Ly. Juan Branco a été mis en détention dans une prison du centre de Dakar, a-t-il précisé. Me Branco s’est fait un nom au Sénégal en prenant part à la défense d’Ousmane Sonko, opposant engagé depuis 2021 dans un bras de fer avec le pouvoir et la justice qui a donné lieu à plusieurs épisodes de violences meurtrières. L’avocat franco-espagnol a particulièrement suscité l’attention en annonçant une plainte en France et une saisine de la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye contre le président Macky Sall pour “crimes contre l’humanité” en juin, alors que le pays venait de connaître ses pires troubles depuis des années. Il est visé depuis mi-juillet par une enquête de la justice sénégalaise qui a annoncé la délivrance d’un mandat d’arrêt. Après son entrée sur le territoire du Sénégal, où il est apparu aux côtés des avocats sénégalais de M. Sonko, Me Branco a été arrêté en Mauritanie après plusieurs jours de recherches, et remis aux autorités sénégalaises. Signe de l’importance accordée au sujet, le ministre de l’Intérieur Antoine Abdoulaye Félix Diome a annoncé son arrestation samedi soir lors d’un débat à l’Assemblée nationale. Me Branco dit avoir été “kidnappé” à environ 100 km de la capitale mauritanienne Nouakchott par des hommes encagoulés sans aucun signe distinctif et qui l’ont blessé aux poignets, selon Me Ciré Clédor Ly. L’opposant Ousmane Sonko, candidat à l’élection présidentielle de 2024, a lui été arrêté et écroué fin juillet à Dakar, pour différents chefs d’inculpation dont des appels à l’insurrection. Son parti a été dissous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *