« Je n’ai jamais vu Orange mécanique. Maintenant, j’ai peur d’y trouver trop de similitudes » : Montargis, encore marqué au fer rouge des émeutes

Cet post a été publié sur this site

La pharmacie s’est effondrée. Vue de drone fournie par l’Agglomération montargoise – 30 juin.

La Nouvelle République

La nuit du 29 juin 2023, près de 300 émeutiers ont dégradé 105 commerces et causé la destruction de cinq immeubles dans cette sous-préfecture réputée tranquille du Loiret. L’heure n’est pas encore à la reconstruction. (…)

Un mois après les émeutes, le centre-ville de Montargis (Loiret) est toujours balafré. « Nous sommes encore en train de déblayer », se désole le maire Les Républicains, Benoit Digeon. (…)

(…) « Tchernobyl », « scènes de guerre », « apocalypse », décrivent les Montargois qui se souviennent de leur ville le 30 juin, au lendemain de la plus violente nuit de casse. « Je n’ai jamais vu Orange mécanique. Maintenant, j’ai peur de le regarder et d’y trouver trop de similitudes avec la situation actuelle », pointe Anne-Caroline, 41 ans qui a grandi dans cette sous-préfecture réputée tranquille de 15 000 habitants.

De sa chambre, son fils a vu les flammes, « effrayantes », réduire en cendres une boutique de prêt-à-porter, et les émeutiers détruire des abris de bus. Le grand-père, Philippe, 67 ans, Montargois de naissance, s’accorde avec sa fille : « l’effet de groupe » a joué. (…)

Deux semaines après le vote dans l’urgence du projet de loi reconstruction à l’Assemblée nationale, Montargis attend toujours. « Pour l’instant, cela n’a aucun effet concret ici, affirme l’édile. (…)

« La police de proximité (supprimée en 2003 par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur) aidait à instaurer un dialogue entre les jeunes et les policiers » regrette Ayouba Sow, figure associative de la ville. (…)

Le Parisien


À lire :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *