En Ouganda, une femme meurt sous les coups après être devenue chrétienne

Cet post a été publié sur this site

“Il a commencé à crier à sa femme en disant : ‘Pourquoi m’as-tu menti en disant que tu allais pour un contrôle médical et que tu as plutôt décidé d’aller à l’église ?'”

Le 9 juillet dernier, en Ouganda, Amina Nanfuka, 31 ans, revient d’un rendez-vous médical et d’un culte. Mais à son retour chez elle, elle meurt sous les coups. Un de ses proches accuse son mari de l’avoir tuée. Il témoigne pour Morning Star News.

Amina souffre de l’utérus. Elle passe 10 jours, à Kampala, chez un membre chretien de sa famille afin de se faire soigner. Pendant ce séjour, ce proche lui parle de l’Evangile et invite un pasteur à la rencontrer.

“J’ai partagé le pouvoir salvateur de Jésus, et elle a montré le désir d’accepter et de croire en Jésus.”

Le 8 juillet, Amina se rend à son rendez-vous médical. Le lendemain, elle va au culte. Là, le pasteur lui donne une Bible. Sur le chemin du retour, Amina montre sa Bible au membre de sa famille qui l’accompagnait. Ils sont alors surpris par un de ses voisins, Ariko Yahaya.

“Tu veux dire que de nos jours tu vas à l’église ?”, l’interpelle-t-il.

A son retour chez elle, son mari musulman est déjà prévenu. “Sans nous saluer”, explique le parent, “il a commencé à crier à sa femme en disant : ‘Pourquoi m’as-tu menti en disant que tu allais pour un contrôle médical et que tu as plutôt décidé d’aller à l’église ?'”. “Amina était muette”, précise-t-il.

“J’ai immédiatement entendu une forte détonation à l’intérieur avec des coups de pied et des gifles. Elle a commencé à crier et à appeler à l’aide. J’ai craint pour ma vie et je me suis précipité hors de la pièce en criant et en gémissant pour demander de l’aide.”

Des voisins ont commencé à s’approcher, mais le mari d’Amina était déjà sorti de la maison. Son proche l’a découverte au sol, inconsciente. Elle a été transportée à l’hôpital où elle a été déclarée morte. “Elle a été étranglée et frappée avec un objet”, explique le témoin, qui poursuit, “je soupçonne qu’Ariko Yahaya a informé Waiswa que nous allions à l’église de Kampala”.

Elle laisse derrière elle trois enfants âgés de 3, 6 et 9 ans.

M.C.

Crédit image : Shutterstock/ The Road Provides

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *