Depuis 1954, le pardon islamo-chrétien des Sept-Saints répond au “besoin de se connaître”

Cet post a été publié sur this site

Depuis près de 70 ans, chrétiens et musulmans se retrouvent chaque fin juillet dans la petite commune du Vieux-Marché (Côtes d’Armor), pour le pardon des Sept-Saints, où les temps d’échanges et de prières sont ponctués de fest-noz, couscous et galette-saucisse.

Assis sous un chapiteau installé pour le week-end, Brahim et Andrée viennent de se rencontrer : “Il m’aide à réviser mon arabe”, se réjouit la retraitée bretonne, en lançant “murajaea” (examen en arabe).

“Je viens depuis les années 1963-64, je suis probablement la plus vieille de l’assemblée aujourd’hui”, observe-t-elle.

De son côté, c’est une première pour Brahim, de confession musulmane : “Ça fait des années que j’entends parler de ce pardon breton, des années que je veux y venir. On n’a pas arrêté de discuter depuis ce matin avec les chrétiens, les gens sont souriants, accueillants, contents de nous voir.”

À l’origine de ce pardon, l’islamologue français Louis Massignon (1883-1962) avait eu l’idée d’organiser ce pèlerinage islamo-chrétien en 1953. En assistant au pardon du Vieux-Marché, il avait été intrigué par les paroles d’un vieux cantique breton dont les versets étaient très voisins d’une partie de la sourate XVIII du Coran (“Gens de la caverne”), relatant l’histoire des sept martyres d’Ephèse, emmurés vivants et ressuscités.

À ses débuts, le pardon attirait en majorité des intellectuels musulmans venus de Paris. Mais depuis plusieurs années, et notamment les différents attentats qui ont touché la France, les musulmans locaux se joignent également aux festivités.

“À Lannion, il y a une communauté de 300 à 400 individus qui fréquentent les lieux de culte et c’est une partie d’entre eux qui participent à cet événement-là”, précise l’imam de Lannion, Mehand Iheddadene.

“Belle aventure”

Après l’assassinat du père Jacques Hamel en 2016 à Saint-Etienne-du-Rouvray par deux islamistes radicaux, la communauté musulmane de Lannion avait “tellement été choquée de ce qui s’est passé qu’elle (avait) souhaité se rapprocher de la communauté catholique de Lannion”, témoigne Gersende de Villeneuve, membre du collectif E.S.P.O.I.R.S, co-organisateur de l’événement.

“Finalement, d’un drame est née une très belle aventure !”, souligne-t-elle.

Le pardon se déroule sur trois jours avec pour temps fort, le dimanche où se succèdent une messe catholique dans la chapelle de la commune, suivie d’une marche d’une centaine de mètres jusqu’à la “stèle de la paix” qui représente le temps non-croyant et enfin le temps musulman à la fontaine, au coeur de la forêt.

Sous le chapiteau, de grandes marmites de couscous attendent la centaine de participants, qui continueront d’échanger de manière informelle.

“Les musulmans m’ont aidé à être chrétiens”, confie Mgr Pascal Gollnisch, pardonneur de cette édition. “Je pense qu’il est important de soutenir les efforts où chrétiens, musulmans et incroyants se retrouvent dans un même lieu et sont capables de s’écouter et de partager des valeurs communes”, ajoute celui qui est par ailleurs directeur général de l’Oeuvre d’Orient.

Pour cette édition, c’est le thème de “l’eau” qui a été choisi. Sous la pluie bretonne, ce sujet inspire Mgr Gollnisch : “Cela touche les chrétiens et les musulmans, qui voient dans l’eau une création de Dieu qui doit être respectée mais cela parle également aux agnostiques qui sont au courant du manque d’eau. Nous sommes très conscients de devoir agir ensemble”.

Pour beaucoup, Le pardon des Sept-Saints est un moment essentiel pour la bonne entente entre les différentes religions : “Déjà qu’en faisant des efforts, le chemin est encore long alors si on arrête les initiatives comme ce pardon, ça va être la fin”, selon Ahmed Hassini, aumônier à la prison de Saint-Malo.

“Il faut continuer avec l’espoir qu’à un moment ou à un autre il y ait un déclic, car tant qu’on stigmatise des gens, le discours ne suffira pas. On a vraiment besoin de se connaître”, poursuit-il.

La Rédaction (avec AFP)

Crédit image : Shutterstock/ Circlephoto

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *