Ancien chef de gang au Salvador, il fuit à pied aux Etats-Unis et y trouve la foi

Cet post a été publié sur this site

“Jésus a changé ma vie. Maintenant, tout ce que je veux faire, c’est consacrer mon temps à partager l’Évangile littéralement n’importe où.”

Franklin Rivas Hodge est né et a grandi au Salvador. Victime d’abus sexuels dans son enfance, ancien chef de gang, et détenu à plusieurs reprises pour port d’armes et de drogue, sa vie a été bouleversée par la foi d’une famille chrétienne qui l’a accueilli aux Etats-Unis. Il témoigne auprès du Christian Post.

Franklin a été abandonné alors qu’il n’était qu’un bébé. Des membres de sa famille l’ont recueilli mais ont abusé de lui dès l’âge de 3 ans. À 9 ans, il est déjà membre d’un gang. “J’ai vu qu’ils étaient unis. J’ai vu qu’ils avaient du pouvoir. J’ai vu qu’ils avaient de l’argent. J’ai vu que les gens avaient peur d’eux et qu’ils étaient en quelque sorte respectés, et tout cela semblait vraiment attrayant”, se souvient-il.

Au cours des années qui suivent, ses activités dans la drogue et les armes au sein du gang le conduisent à plusieurs reprises en prison. Devant le danger qui entoure sa vie, il fait le choix de s’exiler aux Etats-Unis. Il traverse les rivières, marche dans les montagnes, passe de camions en mains. Arrivé mineur aux Etats-Unis, il est placé dans une famille d’accueil chrétienne au Texas.

“Dès le moment où je les ai rencontrés, j’ai su qu’il y avait quelque chose de différent chez ces gens. J’avais rencontré tellement de gens de toutes sortes. Mais ces gens sont les premiers que j’ai rencontrés, et je me suis dit: ‘OK, ils sont différents’, et je me demandais pourquoi.”

“C’était à cause de l’Evangile”, révèle-t-il.

Mais à 20 ans, il est brisé par son passé traumatique. Un soir, il s’effondre.

“J’étais dans le salon et j’étais en larmes. J’ai littéralement touché le fond à ce moment-là. Et ils ont partagé l’Évangile avec moi. J’étais brisé. J’avais besoin d’aide et de tout, et j’ai fini par accepter l’Évangile en 2019. Je me suis agenouillé et j’ai prié pour l’accepter.”

Malgré ce premier pas, Franklin a du mal à faire confiance à Dieu. Il intègre l’équipe de sports de combat de son lycée et si cela lui permet dans un premier temps d’obtenir un diplôme, cela lui ouvre également les portes du MMA, où il commence une carrière professionnelle. Et l’argent qu’il va y gagner va le replonger dans des dérives passées. Le stress post-traumatique continue également de le plonger dans la dépression.

Franklin se met alors à voler ses parents, pour envoyer de l’argent au Salvador. Pris de remords, il leur avoue. Au lieu de le rejeter, ils vont affirmer leur volonté de prendre soin de lui.

“Mes parents ont dit : ‘Hé, nous savons que tu fais tout cela et donc, il y aura des conséquences. Mais nous t’aimons. Nous prenons soin de toi. Tu es notre enfant. Et nous t’avons choisi’. J’étais en quelque sorte prêt à ce qu’ils me rejettent, à ce qu’ils me rejettent, pour que je puisse faire demi-tour et me suicider. Ils ont fait tout le contraire. C’est alors que ma mère m’a partagé l’Evangile et elle a dit : ‘Hé, c’est ce que le Seigneur a fait pour toi et Il t’aime.’ Et à la fin de la soirée, je me suis dit : ‘D’accord, si tu dis que c’est comme ça, alors je le veux. C’est là que j’ai vraiment accepté l’Évangile’.”

Franklin a intégré l’église locale où il a suivi un programme de réhabilitation. Il suit une formation de pilote professionnel et va se fiancer le 19 août. Très actif sur les réseaux sociaux, il y partage sa foi.

“Jésus a changé ma vie”, affirme-t-il, “Maintenant, tout ce que je veux faire, c’est consacrer mon temps à partager l’Évangile littéralement n’importe où : dans les cafés, où je vais manger ou dans la rue ou avec des personnes avec qui j’interagis et avec différents mineurs et dans les systèmes carcéraux”.

M.C.

Crédit image : Instagram

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *